Florian CAFIERO

R e v u e   d e   p r e s s e 

Hamlet de A. Thomas, Opéra de Marseille

"Pour compléter le cast masculin, les deux fossoyeurs Antoine Garcin et Florian Cafiero jouent parfaitement, égayent avec ferveur leur scène du V, se répondant des loges au-dessus de la fosse."

                                                                                 Vincent Guillemin, Altamusica, 2 octobre 2016

"Antoine Garcin (basse) et Florian Cafiero (ténor) les deux Fossoyeurs, offrent deux airs d’une belle tenue vocale, faisant avec beaucoup de naturel l’éloge de la bouteille."

                                                                                 Jocelyne De Nicola, GBOpera, 2 octobre 2016

"Les deux fossoyeurs d'Antoine Garcin et Florian Cafiero sont quant à eux extrêmement piquants et théâtralement très crédibles."

                                                                                 Sébastien Herbecq, Bachtrack, 29 septembre 2016

"La saine émission de Florian Cafiero sert parfaitement le bref Fossoyeur"

                                                                                 Bertrand Bolognesi, Anaclase, 29 septembre 2016

"Les autres sont globalement irréprochables, des deux fossoyeurs philosophes campés par Antoine Garcin et Florian Cafiero au Polonius de Jean-Marie Delpas,..."

                                                                                 Maurice Salles, Forum Opera, 27 septembre 2016

Royal Palace de K. Weill, Il Tabarro de G. Puccini, Opéra national de Montpellier

"Florian Cafiero réalise des prouesses dans l'Amant de Demain comme dans le rôle de Tinca"

                                                                                 David Verdier, Resmusica, 15 juin 2016

"Troquant l’amoureux de demain pour Tinca et un vendeur de chansonnettes, Florian Cafiero possède le rayonnement idiomatique dans le répertoire italien, qu’il fait vibrer avec un instinct perceptible."

                                                                                 Gilles Charlassier, ConcertoNet, 15 juin 2016

"le ténor Florian Cafiero, tour à tour voix lumineuse de l’amant de demain, voix contrainte d’un Tinca accro à l’alcool, voix légère du vendeur de chansonnettes."

                                                                                 Maurice Salles, Forum Opera, 10 juin 2016

Turandot de G. Puccini, Opéra national de Montpellier

"Mandarin et Jeune Prince de Perse très bien chantant et percutant de Florian Cafiero"

 

                                                                                 Nicolas Grienenberger, Classique News, 16 février 2016

 

" Florian Cafiero se montre parfaitement crédible en mandarin"

 

                                                                                 Michel Le Naour, Concert Classic, 9 février 2016

 

"Florian Cafiero (Mandarin) a le souffle nécessaire pour haranguer une foule vive et mordante"

 

                                                                                 LB, Anaclase, 9 février 2016

 

"L'Empereur (Eric Huchet) et Le Mandarin (Florian Cafiero) sont également bien servis."

 

                                                                                 Emmanuel Andrieu, Opera Online, 7 février 2016

 

Mesdames de la Halle de J. Offenbach, Opéra national de Lyon

 

"Des trois rôles travestis, c'est avant tout Florian Cafiero qui a pu convaincre, vraiment drôle en Madame Poiretapée."

                                                                                 Walter Nowotny, Der Neue Merker, 19 décembre 2015

 

 

La Belle Hélène de J. Offenbach, Grand-Théâtre de Genève

 

"Un même souci de la prosodie caractérise ses partenaires, à commencer par Florian Cafiero. Son prince berger a pour lui la jeunesse, la couleur mâle du timbre, le soin de la ligne et une certaine aisance scénique."

 

                                                                                         Christophe Rizoud, Forum Opera, 18 octobre 2015

 

"Véronique Gens, triomphatrice de la soirée dans le rôle-titre, avec la vocalité sans faille qu’on lui connaît, et un entregent que l’on ne lui soupçonnait pas, a de qui répondre. C’est la réplique que lui donne Florian Cafiero, Pâris de technique idoine (et un contre-ut jeté comme en passant)."

 

                                                                                         Pierre-René Serna, Concert Classic, octobre 2015

"Florian Cafiero a fière allure en Pâris."

 

                                                                                         Claudio Poloni,  ConcertoNet, octobre 2015

 

"Florian Cafiero est un Pâris impeccable."

 

                                                                                         Marcel Paolino, Der Neue Merker, octobre 2015

 

Carmen de G. Bizet, Opéra national de Lyon

 

"Bien d’autres rôles sont remarquablement interprétés durant cette soirée, comme le Dancaïre de Mathieu Gardon et le Remendado que chante Florian Cafiero –  aussi convaincants vocalement que scéniquement."

 

                                                                                         Fabrice Malkani, Forum Opéra, 9 mai 2015

 

"Soulignons également l'aisance communicatrice – dans leurs rôles de travestis - de Florian Cafiero (Le Remendado) et Mathieu Gardon (Le Dancaïre)."

 

                                                                                         Emmanuel Andrieu, Opéra Online, 9 mai 2015

 


"Notons aussi les belles performances du duo irrésistible du Dancaïre et Remendado (Mathieu Gardon et Florian Cafiero)".

                                                                                         Christine Ducq, La revue du spectacle, 7 mai 2015

 

"les seconds rôles sont à la hauteur, particulièrement le «duo bouffe» constitué de Mathieu Gardon (Le Dancaïre) et Florian Cafiero (Le Remendado)"

 

                                                                                         Florent Coudeyrat, Concertonet, 2 mai 2015

 

Les Contes d'Hoffmann de J.Offenbach, Teatro Comunale Luciano Pavarotti - Modena

 

"Les seconds rôles sont de haut niveau, avec à leur tête Florian Cafiero dans le quadruple rôle de Andrès, Spalanzani, Frantz, Pitichinaccio: des personnages grotesques chantés avec un timbre toujours très beau et une bonne diction, assurés dans l'aigu, joués sans expédients de farce."

 

                                                                                         GB Opera Magazine, 23 janvier 2015

 

"Le ténor Florian Cafiero caractérise avec soin et grande efficacité les rôles d'Andrès, Spalanzani, Frantz et Pitichinnaccio qu'on lui a confiés. L'air de Frantz, serviteur sourd se rêvant chanteur, est interprété avec désinvolture et inventions brillantes."

 

                                                                                         Patrizia Monteverdi, Operaclick, 11 janvier 2015

 

"Florian Cafiero est un bon Andrès, Spalanzani et Pitichinnaccio, mais avant tout un Frantz distrayant et bien dessiné."

 

                                                                                         Simone Manfredini, Teatro.it, 11 janvier 2015

 

Pomme d'Api de J.Offenbach, Opéra de Rennes

 

"Ils encadrent Florian Cafiero, qui étonne dans le rôle de Gustave tant il se sort avec aisance d’une partition – on nous pardonnera l’expression – des plus « casse-gueule »."

 

                                                                                         Thierry Martin, Unidivers, 28 mars 2014

 

"Florian Cafiero: petit Riccardo deviendra grand"

 

"Comme chaque année, l'ADAMI présentera au Théâtre des Bouffes du Nord à Paris le 9 janvier ses révélations classiques: huit jeunes artistes solistes [...] au talent prometteur. Parmi eux, Florian Cafiero jeune chanteur âgé de 27 ans, devrait rapidement faire parler de lui, parce qu'il est ténor - une tessiture porteuse, -, parce qu'il a été l'élève de Richard Bonynge,et parce que surtout, il n'a pas froid aux yeux. [...] S'il ne brûle pas ses cartouches la relève semble assurée."

                                                                                         Christophe Rizoud, Forum Opéra, 3 janvier 2014

 

La Villa Médicis de J. Mazellier, Autunno in Musica - Villa Médicis/Fondation Bru-Zane 

 

"Florian Cafiero a fait étal d'un registre très ample, de quoi le rendre un parfait interprète pour les opéras véristes, de Massenet et de Verdi, qui demandent des ténors spinto."  

                                                                                         Giuseppe Pennisi, Il Sussidario,  novembre 2013

 

"Virginie Pochon, Aurore Hugolin et Florian Cafiero redonnèrent vie avec conviction et style, parfaitement soutenus par le piano de Jeff Cohen, à ce mélo au charme incontestable. "

                                                                                         Philippe Venturini, Les Echos, 31 janvier 2014

 

 

Turandot de G. Puccini, Opéra National de Lorraine, octobre 2013

 

"Dès les premières phrases du Mandarin, ici incarné par le ténor Florian Cafiero, haut de place et bien chantant, on devine l'attention minutieuse apportée au choix des interprètes. "

                                                                                         Nicolas Grienenberger, Classique News

 

 

L'Aiglon d'A. Honegger et J. Ibert, Opéra de Tours, mai 2013

 

"D'un très beau plateau sans faiblesse, aux seconds rôles excellemment distribués, se détachent particulièrement le ténor percutant de Florian Cafiero..."

                                                                                         Nicolas Grienenberger, Classique News, mai 2013

 

 

Concert des révélations classiques de l'année 2012, Festival Pablo Casals, août 2012

 

"Le timbre chaud et luisant, enrichi d'une note dramatique (il chante un air d'Eléazar de La Juive d'Halévy, et celui de Ruggero de La Rondine de Puccini) du ténor Florian Cafiero, fait même penser de temps à autre à la voix de Pavarotti..."

                                                                                         Victoria Okada, Resmusica, août 2012

 

"On perçoit un très beau potentiel vocal et scénique chez le ténor Florian Cafiero, dont la richesse de timbre et la qualité d'articulation réussissent à l'air d'Eléazar "Rachel quand du Seigneur..." (La Juive) autant qu'au "Parigi è la citta dei desideri" (La Rondine)."

                                                                                         Alain Cochard, Concert Classic, août 2012

 

Concert "Solidarité Japon", Opéra National de Lorraine, septembre 2011

 

"Florian Cafiero possède un timbre flatteur,aux sonorités rappelant curieusement parfois celles d'un Ferruccio Tagliavini. Avec éclat, chaleur et brillant, il sait donner à l'air "Addio fiorito asil" (Madama Butterfly), son intensité indispensable, sans jamais charger: un lyrisme toujours triomphant, au service de la mélodie."

                                                                                         Yonel Buldrini, Forum Opéra, septembre 2011

 

Concert des master-classes Jose Cura, Opéra National de Lorraine, septembre 2010

 

"Le ténor français Florian Cafiero, enfin, est un cas. Il a repris ses études de chant en 2009 mais le résultat est d'ores et déjà surprenant: timbre attachant, ligne bien conduite, dans un "Lamento di Federico" de L'Arlesiana où l'on entend, en permanence, les leçons de son maître d'un week-end."

                                                                                         Richard Martet, Opéra Magazine, octobre 2010

 

"Venu de France également, Florian Cafiero démontre la fausseté de l'opinion généralement répandue selon laquelle les ténors sont rares. Le morceau choisi, "E la solita storia del pastore" de L'Arlesiana, est trois fois difficile: il est long, il ne se "lance" pas tout de suite dans sa mélodie, et il requiert une intensification qui ne sépare jamais d'une émission nuancée, souple et chaleureuse. On est un peu surpris de l'entendre aborder par un timbre "vert" et jeune comme celui de Florian Cafiero, mais on est vite conquis lorsque la voix se chauffe, se colore joliment dans un aigu splendide (alliant José Cura à Beniamino Gigli!), ne demandant qu'à se déployer, libre et superbe.

"

                                                                                         Yonel Buldrini, Forum Opera, septembre 2010